Le week-end dernier, nous avons été reçus par l’équipe du Voltage Festival afin de vivre une expérience dans un lieu unique et exceptionnel.
Nous sommes arrivés dès la veille au camping pour vous en dire le plus possible.

Before surprise au camping

Après quelques heures de trajet pour arriver au camping, une jeep Redbull nous attendait sur place à 20h avec tout le matériel nécessaire pour nous faire danser. On installe tous nos tentes et on ne perd pas de temps à aller vers cette scène improvisée.
La programmation a été fixée avec un jeu concours lancé au préalable, on a donc pu retrouver : Keyser, ar:kore et Reveillon (ARG).
Les jeunes talents ont pu s’exprimer librement sans la pression de ne pas pouvoir jouer les tracks qu’ils voudraient. Durant 3h, il était question de la découverte d’autrui et de partage pour l’amour du son.
Cette soirée a permis d’obtenir une réelle cohésion dans le camping pour le week-end.

Une organisation millimétrée

Aucun problème pour entrer via l’entrée presse/artiste, notre contact sur place nous fait directement la visite du lieu. Du côté de l’entrée principale, le public entre rapidement malgré les fouilles minutieuses de la Police.
Le site n’est pas particulièrement grand mais le décor est tout juste incroyable. On imagine les turbines de la zone industrielle qui tournaient encore tout juste hier. Chaque scène a eu droit à être représentée par un collectif, ce qui a entrainé une véritable diversité musicale et visuelle.

Pour se ressourcer nous n’avons pas remarqué beaucoup d’attente aux bars et aux foodtrucks. Vous en aviez vraiment pour tous les goûts, le personnel est resté toujours très souriant et la nourriture servie au camping était uniquement végétarienne (c’est vous dire).
Toute l’équipe du Voltage Festival était disponible et à l’écoute ainsi que les secours et la sécurité pour le bon déroulement du week-end.

Lors d’une discussion avec le fondateur du voltage festival, on nous a expliqué que la petite taille du festival se justifiait par une volonté d’installer une ambiance intimiste.
Pour les prochaines éditions il serait probable que un espace soit rajouté mais dans l’idéal le festival restera dans un esprit de petit village.
Nous serons évidemment présents pour suivre leur évolution.

De l’amour, des copains et du gros son

Notre périple a démarré à la scène Possession (samedi) avec la talentueuse VTSS. Son set fut une véritable claque avec des sons allant de 93 bang bang à Rock’n Roll des Daft Punk (<3).
Très vite nous croisons nos confrères et consoeurs Mamar (PWFM), Antoine et Loïc (Newtrack), Mathilda (Possession) et Hugo (Electro news). On leur fait évidemment plein de bisous.

Trois artistes (en plus de VTSS) ont retenu notre attention lors de ce Voltage Festival.
I Hate Models, la fierté française, a encore envoyé un set énergétique et rempli d’influences à l’image de son génie.
Le duo totalement perché et si talentueux Fjaak a délivré un live modulaire de une heure, ils ont su transmettre leur folie à tout le public. Si jamais vous les avez manqués, ils seront présents à la Rotterdam Rave.

Pour finir en beauté, Dax J a effectué le closing du festival sur la scène principale. Un set d’une violence inouïe qui nous a fait oublier le chemin vers le camping.

I Hate Models au Voltage Festival

Merci à toute l’organisation pour leur accueil et bonne humeur.
Le festival a réuni plus de 7000 visiteurs cette année, une première pour l’équipe du Voltage.
On se retrouve l’année prochaine.

Categories: Report soirées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *