Fin avril, des dizaines d’artistes techno internationaux tels que Carl Cox, Joseph Capriati, The Martinez Brothers, Alan Fitzpatrick et Seth Troxler ont soutenu une initiative nommée « Tour Managers Not Touring » (TNT) afin de récolter des fonds pour les tours managers, eux aussi touchés par la crise sanitaire.

Un débat créé par une campagne de dons

Le principe est simple : publier des mix de nombreux DJ internationaux sur la page « TNT Sofa Session » dans le but de fournir une série de plus de 30 heures de musique. En donnant 5€ ou plus, les fans peuvent avoir accès à tous les enregistrements et donc à ces mix inédits.

Cependant, cette initiative a été très mal accueillie par d’autres DJ mais aussi des internautes. Le DJ britannique Askew a inauguré cette critique en expliquant dans une vidéo qu’il était très mal vu de la part de DJ parmi les plus riches de la planète de demander au public de couvrir une partie des salaires des tours managers. Il a aussi affirmé que cette série de mix devrait être proposée gratuitement, ou à défaut que les fonds demandés pourraient revenir aux services médicaux.

Cette vidéo a été par la suite supprimée, mais la polémique n’est pas stoppée pour autant : Dave Clarke a déclaré sur son compte Twitter être choqué de cette démarche.

A ce propos, il indique par le biais de la campagne « Save Our Scene » espérer que la scène musicale locale se développe après cette crise sanitaire, et DVS1 confirme cette idée en expliquant qu’il n’y a pas besoin de dépenser d’immenses sommes d’argent à l’autre bout du monde puisque de nombreux clubs locaux « n’ont jamais eu la chance de briller ». Ce débat en a donc ouvert un autre plus large autour de la continuité de la musique électronique après la crise.

Des réponses publiques à la polémique

Le compte Instagram de TNT semble avoir été désactivé ainsi que la campagne en elle-même, mais certains DJ ont tout de même tenu à répondre. C’est le cas pour Carl Cox qui a qualifié d’« exagérée » la réaction de certains internautes ou DJ, et qui défend l’idée que cela partait d’une bonne intention : en aucun cas il n’est question de couvrir les salaires des tours managers.

Alan Fitzpatrick déclare qu’il a seulement été invité à faire une courte vidéo pour TNT et non pas un mix, sans se douter que les dons étaient récoltés pour les managers tours plutôt que pour des œuvres de bienfaisance.

Enfin, Joseph Capriati affirme lui aussi que son manque d’attention s’agissant du fond de la campagne a pu causer des interrogations. Il s’excuse et indique qu’il n’y a aucune intention de demander au public de payer le salaire de son manager.

Notre dernier article : Les Daft Punk préparent un nouveau projet après 7 ans d’absence

Categories: Let's talk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *