Après le succès des six éditions précédentes, Dream Nation revient du vendredi 18 au dimanche 20 septembre 2020. Au vu de la situation, cette édition semble encore plus attendue que les précédents. On vous récapitule ici les 5 bonnes raisons d’aller à Dream Nation, mais aussi ce qui rend cet event aussi spécial.

1. La programmation

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y en a pour tous les gouts grâce aux différentes scènes : la Bass music stage, la Techno stage, la Trance stage, la Hard stage et la Outdoor stage.

Coté Bass music, on retrouve LE duo français Dirtyphonics. Autre grosse annonce : un b2b composé de Phace et Misanthrop, et un deuxième duo nommé Killbox : audio x Ed Rush. Il y aura aussi Eptic, le prodige du Dubstep, mais aussi Space Laces et enfin le jeune français Samplifire. Pour finir, un trio britannique composé de Majistrate, Upgrade et Nu Elementz va se livrer à une battle explosive et inédite.

Coté Techno, on s’apprête à vivre une expérience incroyable avec le b2b de Paula Temple et SNTS, mais aussi avec Jacidorex, créateur du Néoacid, qui a déjà eu plusieurs fois l’occasion de montrer son talent à Paris. Le duo SHDW & Obscure Shape de la nouvelle génération de techno allemande est d’ores et déjà prêt. La française Sentimental Rave risque de vous étonner avec son set intense, mais aussi le britannique Cleric. Le duo Minimum Syndicat sera présent avec un set oldschool.

Coté Trance, il y aura la véritable icône de la scène progressive Trance : Neelix. Le maestro de la Psytrance Ajja sera aussi présent avec ses bonnes ondes groovy, tout comme Berg et son univers cosmique. On a aussi hâte de voir le français Unlogix, tout comme Phaxe, Avalon et Greg Hilight. Un autre français, Sensifeel est annoncé. Par la suite, Graviity va nous embarquer dans son vaisseau avec ses rythmiques hardtek. On retrouvera enfin nos français Tom Neptunes en b2b avec Sylvermay, puis Drenan en b2b avec Raf Fender et enfin Le Klown. Le maitre de la Trance Talamasca est prêt pour clôturer ce palmarès.

Coté Hard, c’est une grande première pour Warface qui va nous transporter dans une sauvagerie sonore. La vague Hardcore hollandaise sera représentée par D-Fence. Un duo italien est très attendu : celui de Anime et Mad Dog, mais aussi le duo Vortek’s x Venom Hardtek. On ne les présente plus, le crew Casual Gabberz est prêt pour une véritable boucherie. Attention à The Satan qui va vous faire sombrer en Enfer, tout comme le b2b avec Act of Rage et Rooler, et enfin celui de Le Bask et Remzcore.

2. Le lieu mythique

Les docks de Paris, on ne les présente plus. Classés patrimoine culturel national, ils sont prêts à accueillir plus de 15 000 personnes. Ce lieu mythique permet de faire la fête et d’arriver rapidement sur les lieux grâce à la station Front Populaire mais aussi à un parking gratuit disponible à l’intérieur du parc.

Le vendredi 18 septembre a lieu l’opening de Dream Nation au Nexus (Pantin). Il y aura la Trance stage comprenant tous les artistes qui seront présent au main event : un petit avant-gout avec mapping vidéo à 360° pour une immersion totale.

Pour le closing, il aura lieu le dimanche 20 septembre du matin jusqu’en début d’après-midi à la Plage du Glazart. PWFM et Newtrack se sont associés pour l’évènement. Cette fois-ci, c’est la Techno stage sera mise à l’honneur avec Illnurse, Koddi, Parallel Circuit, Takkar & Ophion et enfin Tomar.

3. L’ambiance électrique mais contrôlée

Les dernières éditions ont ameuté plus de 18 000 personnes : vous vous en doutez, nous serons beaucoup à taper du pied sur des sets dévastateurs, cela s’annonce donc très agité. Cependant, les dispositions de sécurité strictes permettent d’éviter certains désagréments. La liste des objets autorisés est fournie sur le site officiel du festival, ainsi que les autres consignes de sécurité.

Le paiement cashless est cette année prévu pour que vous puissiez payer directement avec votre mobile, ou alors avec votre bracelet cashless dans le but de réduire l’attente, le risque de perte ou de vol.

Initiative de folie : vous pourrez aussi vous mettre en scène grâce au DJ Contest du festival qui se tiendra le vendredi 4 septembre en vue de se produire le 19 septembre, un véritable tremplin électronique. Que de bonnes initiatives et donc d’opportunités pour nous faire vibrer.

4. Un nouveau collectif aux commandes pour la Outdoor stage

Le festival a pour habitude de s’allier à des collectifs locaux pour leur event before/after mais aussi pour la Outdoor stage.

Cette année, elle est confiée au collectif SETH avec au programme l’étoile montante de la scène rave Pawlowski, mais aussi Klamer et Kozlov. Par ailleurs, des résidents Matière : Television is God, et enfin Cloudarchivers (Meroj et Dark Passenger). En somme : de la techno indus & acid comme on l’aime.

5. Un doux été indien en perspective, assorti aux belles couleurs de la scénographie

Après ces deux mois de confinement, et surtout l’annulation de tous les évènements musicaux de grande ampleur, c’est l’occasion de se détendre pendant 3 jours sur les différentes scènes proposées. Ce sera aussi le début de l’été indien et la météo sera clémente, presque à coup sûr !

Crédit photo de couverture : Designatic

Évent | Billetterie

Notre dernier article : Rencontre avec Recollection Records, le label à la dimension rave des 90’s

Categories: Focus soirées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *